NOTES DE TRANCHEES.

----------------------------

2 AOUT.         Nous avons un blessé dans la section; c'est DONZE qui reçoit un éclat de bombe dans la joue, blessure peu grave , heureusement!

3 AOUT.            Lutte de torpilles… Nous en recevons de tous les calibres: saucissons, boudins, pots de peinture, etc.. plus de peur que de mal! PICQUARD est blessé au bras par un éclat de grenade.

5 AOUT.            Le Sergent BLANCHOT est blessé à la cuisse en lançant des grenades à cuiller. Je le remplace comme chef de demi-section. En faisant ma tournée dans les petits postes, je manque être tué par un minen, qui enterre GRAND – LASSERRE – et BAYLE. Nous avons eu de la chance…

8 AOUT.            Lutte de grenades. L'ennemi à du mordant! A toute heure de la nuit! Il attaque nos petits postes. La tranchée où nous sommes est repérée par les minens… Vivement la relève! LASSERRE a été commotionné par l'explosion d'un pot de peinture de chedditte.

11 AOUT.        Camp de Haute-Chevrie. Un 130mm. éclate dans un arbre. Sous-Lieutenant MONANGE, mollet droit traversé  par une balle de fusant, et un éclat dans un bras. VILLARET, une balle dans l'épaule, et une balle dans le bras droit. Soldat IVANOVITZ, deux balles dans le dos. BOUFFARD, une balle dans un bras!

17 AOUT.            4 heures du matin. Le Génie fait sauter un camouflet pour détruire une mine ennemie. L'explosion se fait dans notre tranchée! ! Le Sergent SOUET et BALLET sont commotionnés par les gaz: évacués !

18 AOUT.            Bombardement. CARON est tué. – ZAUG est blessé, ainsi que le Sergent REGNAULT. – La liste des morts et des blessés commence à s'allonger…

23 AOUT.            GIMET – GENTELLINI – DUFFAUT et le Sergent REGNAULT, blessé le 18 août, meurent à l'ambulance de la Grange- aux-Bois, des suites de leurs blessures! !

5 SEPTEMBRE.            Il y a du grabuge! Une grosse torpille est tombée au milieu de la tranchée! Caporal SABATE, le dos transformé en écumoire! BABAULT, commotionné – et à moitié assommé – DUMET, blessé dans les reins! FITTES, blessé aux jambes! DUTERLAY, les deux bras traversés! Cinq hommes de moins à la Section, cela compte…

10 SEPTEMBRE.            Ce matin les boches sont malins! En deux heures de temps, nous recevons plus de cinquante bombes, de tous les calibres! GEOFFRAY est tué par une bombe à ailettes – SARRES est grièvement blessé. Je ne pense pas qu'il s'en tirera! Dommage , car c'était un si bon garçon! ! et très aimé à la 7ème escouade.

10 SPTEMBRE.            Nous avons eu réveil en fanfare à 4 heures ¼… Explosion de deux camouflets, et d'une mine sous le 239ème R.I. – L'ennemi a occupé l'entonnoir, et y a installé une mitrailleuse.  Le boyau  des Ecuyers est pris d'enfilade; on est obligé de passer par le boyau Cellos.

12 SEPTEMBRE.            Bombardement. En deux heures de temps, nous recevons plus de 80 torpilles! Pas de pertes, mais, à quatre heures, le torpillage s'arrête. Il était temps! Car le moral était chancelant, et on se sentait devenir fous!

15 SEPTEMBRE.         Nous avons été relevés cette nuit par le 143ème R.I. – Relève très bien faite.